Se connecter

Vous n'avez pas de compte ?

Téléphone : 450 934 7700

Ortholaval

Ortholaval vous souhaite une joyeuse Halloween!

450.934.7700

Aujourd'hui ouvert jusqu'à 16h30

Retour

Articulations temporo-mandibulaires (ATM)

Qu’est-ce que l’articulation temporo-mandibulaire?

L’articulation temporo-mandibulaire (ATM) est l’articulation qui unit la mâchoire inférieure (mandibule) à l’os du crâne.

Au nombre de deux, elles sont situées de chaque coté du visage, juste devant les oreilles.

  • Ces articulations sont les plus complexes du corps; pendant leurs mouvements, elles doivent s’ouvrir, se refermer, glisser vers l’avant, vers un côté et de l’autre et ce, d’une façon synchronisée.
  • Les ATMs sont composées de muscles, vaisseaux sanguins, nerfs, ligaments et os. De plus, comme pour les autres articulations, elles sont aussi recouvertes de cartilage.
  • Un disque articulaire sépare la mandibule et l’os du crâne en empêchant qu’il y ait frottement entre ces deux surfaces pendant les mouvements de la mâchoire.
  • Le disque absorbe l’énorme pression générée pendant la mastication et la distribue dans l’espace articulaire.
  • Lorsque toutes les composantes des ATMs fonctionnent en harmonie, cela vous permet de mastiquer, parler, bâiller, bref, d’utiliser votre mâchoire de façon appropriée.
  • S’il y a manque de coordination entre les deux articulations, le disque articulaire peut être déplacé ou endommagé et empêcher le fonctionnement normal et harmonieux. On parle alors de dysfonction ou troubles de l’articulation temporo-mandibulaire.
Anatomie de articulation temporo-mandibulaire

ATM TMJ radiograph X-ray Orthodontiste Lemay Sherbrooke 093273

Sur une radiographie, seules les structure osseuses  sont visibles.

Symptômes possibles des troubles de l’ATM

  • douleur lancinante dans l’articulation à l’avant de l’oreille;
  • inconfort et douleur qui peuvent irradier dans le cou et les épaules et être présents dans la mâchoire ou le visage;
  • muscles de la mâchoire sensibles;
  • bruits ou sensation de « craquement », »crépitement » ou « frottement » dans l’articulation lors de l’ouverture de la bouche ou pendant la mastication;
  • bruit dans les oreilles (acouphènes, « tinnitus ») et autres problèmes auditifs;
  • ouverture limitée de la mâchoire et rigidité lors de l’ouverture (difficulté à ouvrir);
  • maux de tête, migraines;
  • sensibilité à certaines dents;
  • un changement soudain dans la façon dont vos dents arrivent ensemble;
  • dislocation lors de l’ouverture (la mâchoire reste « barrée » en position ouverte);
  • douleur : L’apparition de la douleur peut être cyclique c’est-a-dire qu’elle apparaît et disparaît à intervalles plus ou moins réguliers. Elle peut :
    • se manifester souvent sur un seul côté du visage;
    • apparaître le matin au réveil ou après une période de stress;
    • ne pas être présente même si plusieurs autres symptômes sont handicapants.

Les articulations temporo-mandibulaires…Une équation complexe!

Les problèmes d'articulations temporo-mandibulaires sont multi-factoriels

Les problèmes d’ATM sont comme une équation très complexe avec plusieurs variables. Chacune d’elles peut influencer individuellement ou en groupe les symptômes et l’évolution des troubles de la fonction articulaire.

 

Causes des troubles de l’ATM (étiologie)

Les causes des problèmes aux ATMs sont multiples ou multifactorielles.

Voici quelques exemples de causes possibles :

Radiographie tomographique de l'ATM

Radiographie tomographique de l’ATM

  • Prédisposition; plus commun chez les femmes entre 20 et 50 ans;
  • Traumatismes : un accident ou coup à la mâchoire ou au visage peut fracturer la mâchoire ou endommager le disque articulaire et ainsi  affecter les ATMs;
  • Resserrement des muscles ou des dents de façon répétitive, ce qui peut causer des spasmes musculaires occasionnant de la douleur;
  • Grincement des dents, souvent de façon inconsciente pendant le sommeil, peut produire des forces plus grandes que la normale et contribuer à la douleur;
  • Habitude de serrement de la mâchoire (contraction des muscles masticatoires);
  • Stress et tensions psychologiques :  souvent une cause de tension dans la mâchoire;
  • Hérédité, anomalies congénitales ou de développement;
  • Pathologies, maladies : problèmes d’arthrite, maladies dégénératives des articulations, etc.
  • Problèmes dentaires : déplacements dentaires suite à la perte d’une dent, obturations trop hautes,  peut causer une mauvaise relation des dents et affecter les articulations;
  • Malocclusions importantes : malposition des dents, interférences fonctionnelles occasionnant une déviation des mâchoires.

Autres facteurs pouvant contribuer aux désordres des ATMs :

  • Mauvaise diète;
  • Arthrite;
  • Manque de sommeil;
  • Dislocations, fractures et problèmes structuraux.

Prévalence des troubles de l’articulation temporo-mandibulaire

  • Les troubles de l’ATM ou désordres temporomandibulaires (DTM) sont la deuxième condition musculosquelettique résultant en douleur et handicap.
  • Les troubles de l’ATM est une terminologie utilisée pour décrire des conditions musculosquelettiques caractérisées par la présence de douleur dans les articulations temporo-mandibulaires, les muscles de mastication ou les deux.
  • Selon les études, la prévalence des DTMs varie entre 5 et 10% de la population, diminue après l’âge de 45-50 ans et es plus commun chez les femmes (2-18%) que chez les hommes (0-10%).
  • Entre 50 et 66% des personnes avec troubles de l’ATM se feront soigner et 15% d’entre elles développeront un problème temporomandibulaire chronique.
  • La co-occurence d’autres conditions contribuant à la douleur, comme la fibromyalgie, les douleurs cervicales et les migraines, augmente la complexité des DTMs. C’est ce qui peut expliquer pourquoi, 16-30% des individus avec ces DTMs ont encore de la douleur 5 ans après un traitement. *1
Prévalece des troubles de l'articulation temporo-mandibulaire (ATM) , TMD

Traitement

Plusieurs personnes ont des troubles de l’ATM mais seulement une minorité sera affectée de problèmes sérieux.
Les troubles de l’ATM qui peuvent nécessiter un traitement sont  ceux qui :

  • sont accompagnés de douleur ou inconfort importants;
  • ont un déplacement interne, des signes d’arthrite ou de lésions;
  • présentent une mobilité réduite (ouverture limitée de la mâchoire) ou excessive de l’articulation;
  • sont affectés par des anomalies de développement ou congénitales.
Cependant, la plupart des problèmes affectant les ATMs sont temporaires, certaines personnes affectées se rétablissent en six mois sans intervention.L’approche thérapeutique doit est avant tout conservatrice et « réversible« , c’est-a-dire qu’elle doit éviter de causer des changements permanents dans la structure ou position des mâchoires et des dents.

La première étape consiste simplement à permettre à la mâchoire de se reposer. Ceci peut comprendre :

  • l’utilisation de compresses et des analgésiques légers;
  • de la physiothérapie, de l’acuponcture;
  • des techniques de rétroaction biologiques (« biofeedback ») et détente;
  • une équilibration de la dentition pour éliminer de légères interférences entre les dents.
Traitement des ATM, TMJ treatment

Le repos de la mâchoire peut aider la guérison des ATMs.

Il est donc préférable d’éviter :

  • les aliments durs ; maintenir une diète plus molle un certain temps. Ceci peut réduire la tension sur les ATMs lors de la mastication;
  • la gomme, les caramels et friandises dures;
  • les grandes ouvertures de la mâchoire (bâiller, etc.).

Fréquemment, les symptômes s’améliorent ou disparaissent quelques semaines après leur apparition étant donné que les articulations sont moins sollicitées chez une personne ayant de la difficulté à mastiquer.
Certains exercices de la mâchoire et de relaxation musculaire peuvent aider la mobilité des ATMs.

En présence d’une  malocclusion,  il est possible qu’un traitement d’orthodontie  puisse améliorer les symptômes mais considérant que la cause des troubles aux ATMs est multi-factorielle et que nous ne contrôlons pas toutes les variables impliquées, il est impossible de garantir une amélioration ou élimination des symptômes quelle que soit la thérapie utilisée.

Le succès du traitement dépend de la sévérité des symptômes et de l’assiduité du patient à suivre les traitements prescrits.
Lorsqu’une ‘approche conservatrice est insuffisante, l’utilisation d’une plaque articulaire peut s’avérer un atout essentiel.

Plaque articulaire

Cet appareil dentaire en plastique moulé sur la surface des dents vise à « déprogrammer » la mâchoire en équilibrant la pression sur les dents de façon uniforme pendant la fonction et en soulageant les articulations temporo-mandibulaires.

Pour utiliser une analogie, la plaque occlusale peut agir comme une béquille avec une cheville foulée.Cela facilite la guérison en permettant à la cheville de récupérer en supportant moins de stress.Cette procédure non-invasive aide à soulager les personnes affectées et à diagnostiquer le problème à l’ATM. Même si des symptômes persistent suite au port d’une plaque, cela donne de l’information diagnostique importante sur la relation qui peut exister entre la dentition (occlusion) et les ATMs.La physiothérapie et médicaments anti-inflammatoires peuvent aussi être prescrits pendant le port d’une plaque articulaire.

La durée d’un traitement à l’aide d’une plaque dépendra de la réponse du patient et de l’amélioration des symptômes. La période habituelle de port peut varier de 4-6 mois à plus d’une année. Le nombre d’heure sera prescrit par le professionnel traitant selon les besoins du patient.

Cette thérapie peut fréquemment révéler des déplacements de mâchoires (minimes ou importants) qui étaient difficiles à identifier auparavant.

La plaque articulaire est comme une béquille qui soulage une cheville

Selon les résultats obtenus (amélioration des symptômes et position des mâchoires), il peut être indiqué de poursuivre la thérapie à l’aide de corrections orthodontiques (voir exemples de cas sur cette page).

Dans des cas plus rares, en présence de symptômes sévères et dommages internes importants affectant les ATMs, une chirurgie peut devoir être envisagée.

Cette étape doit souvent être suivie ou combinée par un traitement d’orthodontie afin de corriger les malpositions dentaires et favoriser une position plus stable et fonctionnelle des mâchoires.

Exemple d’utilisation d’une plaque articulaire pour soulager des symptômes aux ATMs:

CAS 1 – Caractéristiques de la malocclusion : Adolescente de 15 ans se plaignant de douleurs articulaires, migraines et craquements aux articulations (ATMs). Elle présente une excellente dentition avec une béance postérieure gauche.

(A) Occlusion initiale : semble assez bonne dans l'ensemble sauf que certaines dents postérieures ne se touchent pas du côté gauche (béance postérieure). (B) Traitement : afin de tenter de soulager ses symptômes aux ATMs, une plaque articulaire fut utilisée sur la mâchoire inférieure pour soulager la musculature et "déprogrammer" les articulations.

(A) Occlusion initiale :  assez bonne dans l’ensemble sauf que certaines dents postérieures ne se touchent pas du côté gauche (béance postérieure).             (B) Traitement : afin de tenter de soulager ses symptômes aux ATMs, une plaque articulaire fut utilisée sur la mâchoire inférieure pour soulager la musculature et « déprogrammer » les articulations.

 

(A) Après quelques semaines de port de la plaque, la mandibule s'est replacée dans une position confortable pour la patiente (disparition de la majorité des symptômes) mais la façon de mordre (occlusion) a changée significativement; il n'y a pratiquement plus de contacts entre les dents. La plaque permet de combler l'espace entre les dents et de fonctionner confortablement.

(A
) Après quelques semaines de port de la plaque, la mandibule s’est replacée dans une position confortable pour la patiente (disparition de la majorité des symptômes) mais la façon de mordre (occlusion) a changée significativement; il n’y a pratiquement plus de contacts entre les dents. La plaque permet de combler l’espace entre les dents et de fonctionner confortablement. (Les changements observés en utilisant une plaque articulaire ne sont pas toujours aussi importants que dans ce cas.) (B) Résultat final après les corrections orthodontiques entreprises après le traitement avec la plaque (aucune chirurgie aux mâchoires).

 

(A) Plaque articulaire utilisée sur la mâchoire inférieure. (B) Après l'utilisation de la plaque, il n'y a presque plus de contacts entre les dents mais la patiente est confortable. (C) L'orthodontie (broches) permet de replacer les dents.

(A) Plaque articulaire utilisée sur la mâchoire inférieure. (B) Après l’utilisation de la plaque, il n’y a presque plus de contacts entre les dents mais la patiente est confortable. (C) L’orthodontie (broches) permet de replacer les dents. (À noter que nous n’utilisons plus ce type de « broches ».)

CAS 2 – Caractéristiques de la malocclusion : Femme de 27 ans se plaignant de craquements, douleurs aux articulations et maux de tête. Elle présente une sévère malocclusion; arcades étroites, occlusion croisée postérieure, déviation de la mandibule vers la droite et important décalage des lignes médianes (flèches), béance antérieure et chevauchement dentaire.

(B) Plaque articulaire utilisée  pour "déprogrammer" la musculature et permettre à la mandibule de se replacer sans interférences entre les dents des arcades opposées. (C). Après 7 semaines, la mandibule a changé de position (déplacée vers le centre) ce qui révèle la malocclusion réelle. La béance antérieure a augmenté et il y a moins de contacts entre les dents des deux arcades mais les symptômes ont diminué significativement et la patiente est confortable.

(A) Sévère malocclusion (constriction maxillaire,  béance antérieure) et déviation mandibulaire vers la droite. (B) Plaque articulaire utilisée pour « déprogrammer » la musculature et permettre à la mandibule de se replacer sans interférences entre les dents des arcades opposées. (C). Après 7 semaines, la mandibule a changé de position (déplacée vers le centre) ce qui révèle la malocclusion réelle. La béance antérieure a augmenté et il y a moins de contacts entre les dents des deux arcades mais les symptômes ont diminué significativement et la patiente est confortable.

Prévention

Les moyens de prévention pour minimiser les symptômes et problèmes aux ATMs  relèvent du « bon sens » c’est-a-dire  qu’il s’agit d’éviter tout ce qui pourrait forcer ou « stresser » les articulations.

Par exemple, si vous avez tendance à avoir des épisodes de douleurs aux articulations ou aux mâchoires :

  • Évitez toute ouverture excessive de la bouche;
  • Évitez de mâcher de la gomme, de ronger vos ongles ou de mordre sur des objets durs (crayons, etc.);
  • Évitez les aliments très durs ou qui exigent de fortes forces de mastication; maintenez une diète plus molle pendant les épisodes douloureux;
  • Lorsque vous bâillez, supportez votre mâchoire à l’aide de votre main;
  • Surveillez votre posture, ayez une bonne position de travail si vous travaillez au téléphone ou à l’ordinateur pour une longue durée;
  • Évitez de dormir dans une position qui exerce une forte pression sur votre mandibule;
  • Si vous grincez des dents, serrez les mâchoires la nuit ou en période de stress, mentionnez-le à votre dentiste ou consultez un orthodontiste.
  • Pour avoir d’autres conseils pour améliorer ou prévenir les symptômes aux ATMs.

 

ATM et orthodontie

  • Pour certaines personnes, les articulations des mâchoires sont très sensibles et peuvent  être affectées par de très légères irrégularités ou imperfections dans l’occlusion (façon dont les dents se touchent).
  • Ces patients peuvent souffrir d’une ouverture limitée de la mâchoire, de crépitement, craquements, douleurs aux ATMs et autres symptômes tels que décrits précédemment.
  • Un ou plusieurs de ces symptômes peuvent être présents avant un traitement d’orthodontie, ou peuvent survenir durant ou après le traitement.
  • Cette situation peut aussi se retrouver chez des personnes qui n’ont jamais été traitées en orthodontie.
  • Les corrections de malpositions dentaires en orthodontie peuvent souvent améliorer le fonctionnement des ATMs sans toutefois garantir l’amélioration ou l’élimination des symptômes.
  • Pour diverses raisons, certains symptômes (ex. : craquements) peuvent persister ou même apparaître pendant un traitement et ce, sans que l’orthodontie en soit la cause.

 

➡ Pour en savoir plus sur la fonction normale, l’anatomie et les dysfonction des ATMs.Désordres des ATM : mise au point sur les méthodes diagnostiques et les traitements Dysfonction des articulations temporo-mandibulaires

 

Une malocclusion peut-elle influencer la posture?

Pour en savoir plus, lisez notre chronique Ortho Blogue sur ce sujet


*1; Velly et al, « Comorbid Conditions: How They Affect Orofacial Pain », in « Treatment of TMDs, Bridging the gap between advances in reasearch and clinical patient management. Edited by Charles S. Green, DDS and Daniel M. Laskin, DDS, MS Quintessence books, 2013

Laisser un commentaire ou poser une question

Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.