Se connecter

Vous n'avez pas de compte ?

Téléphone : 450 934 7700

Ortholaval

Ortholaval vous souhaite une joyeuse Halloween!

450.934.7700

Aujourd'hui ouvert jusqu'à 16h30

Retour

Risques et limitations du traitement

Tout en reconnaissant la valeur des dents bien placées, d’une dentition fonctionnelle et d’un sourire agréable, vous devez être informés que tout traitement d’ordre médical comporte certains risques et certaines limites. Ceci ne devrait cependant pas être le seul critère pour décider de bénéficier ou non des bienfaits de l’orthodontie. Les changements importants d’ordre fonctionnel et esthétique qui résultent d’un traitement devraient être plus significatifs que les risques énumérés ci-après.

  • Il est impossible d’énumérer toutes les circonstances et conditions pouvant se présenter et affecter les dents et le fonctionnement des mâchoires lors d’un traitement d’orthodontie.
  • Nous décrivons ici les facteurs de risques les plus usuels.
  • Si vous avez des questions ou d’autres inquiétudes à ce sujet, n’hésitez pas à nous en parler afin que nous puissions y répondre à votre satisfaction.

Dévitalisation

Traitement de canal root canal treatment orthodontistes Lemay 083217

Des dents dévitalisées ou "mortes" deviennent plus sombres. Ceci n'est habituellement pas une contre-indication à l'orthodontie

Des dents dévitalisées ou « mortes » deviennent plus sombres. Ceci n’est habituellement pas une contre-indication à l’orthodontie. (Photo avant le traitement)

  • Une dent qui a déjà reçu un coup (traumatismes divers) peut, à court terme ou sur une longue période de temps, perdre sa vitalité et « mourir ».
  • Il arrive que certaines blessures et traumatismes ayant affecté une ou plusieurs dents, soient inconnus du patient et ne puissent être détectés par l’orthodontiste avant le traitement.
  • Une dent peut « mourir » sans raison apparente, qu’il y ait traitement d’orthodontie ou pas et qu’il y ait eu traumatisme ou pas. .
  • Orthodontie et dévitalisation des dents; bien que l’orthodontie ne soit pas la cause première ou principale de la dévitalisation d’une dent, dans de rares cas, des déplacement dentaires peuvent être un facteur augmentant les chances qu’une dent déjà prédisposée à « mourir » devienne non vitale. Des millions de dents sont déplacées par les orthodontistes et très peu de dents sont affectées par ce problème.
  • Par exemple, une dent qui a eu un certain traumatisme par le passé (coup, accident, etc. – le patient ne s’en souvient pas toujours) peut commencer progressivement à « dépérir ». Cette dent deviendrait « morte » (non vitale) éventuellement et ce n’est qu’une question de temps avant que des symptômes apparaissent (mois, années).  Le fait de déplacer une telle dent en orthodontie peut la stimuler et accélérer le processus de dégradation.
  • Un signe que cette situation se produit est que la dent affectée change de couleur et devient plus foncée.
  • Il peut également y avoir ou pas une sensibilité accrue ou d’autres symptômes associés.
  • Lorsque cette situation se présente, la façon habituelle de sauver une telle dent est de faire un traitement de canal par votre dentiste (endodontie). Au besoin, vous serez dirigé(e) vers votre dentiste pour qu’il évalue la situation et fasse les recommandations appropriées. Il est extrêmement rare de perdre une dent pour ces raisons et une fois le traitement de canal complété. Une dent qui « meurt » n’a pas besoin d’être extraite et peut durer toute la vie par la suite.
  • Une dent ayant un traitement de canal (comme les molaires sur la radiographie ci-haut)  peut être déplacée en orthodontie aussi bien qu’une dent normale si l’os et la gencive sont sains.
  • Le déplacement d’une dent implique surtout les tissus à l’extérieur de la racine et autour de celle-ci, alors le fait qu’elle soit dévitalisée n’empêche pas une correction orthodontique et n’est pas une contre-indication au traitement.
  • Une dent dévitalisée ayant un traitement de canal peut présenter une susceptibilité accrue à la rhizalyse (voir ci-dessous) alors un suivi radiologique est indiqué pendant le traitement.
  • La couronne des dents dévitalisées peut devenir plus fragile avec le temps et les dentistes peuvent alors recommander de protéger cette dent à l’aide d’une couronne prothétique.
L'orthodontie ne cause pas de dévitalisation des dents

(A) Ce garçon de 17 ans présentait une malocclusion comme on en rencontre fréquemment. La centrale supérieure gauche (flèche) avait une apparence normale avant le début du traitement. (B) Pendant le traitement, tout se déroulait normalement. (C) Vers la fin du traitement (24 mois), le patient nous explique que l’incisive centrale gauche a commencé soudainement et rapidement à changer de couleur et a nécessité un traitement de canal. Il mentionne ne pas avoir reçu de coup. Cette dent n’a pas été déplacée avec plus de force ou sur une plus grande distance que les autres dents. La cause de la dévitalisation de cette dent demeure inconnue. (D) À la fin du traitement et après l’enlèvement des appareils, la dent « morte » est plus foncée. Elle pourra être « blanchie » par le dentiste ou avoir une restauration qui harmonisera sa couleur avec les dents adjacentes.

 

Décoloration et dévitalisation de dents pendant l'orthodontie

Exemples de changements de couleur d’une dent pendant un traitement d’orthodontie. (A) Malgré que cette femme de 24 ans n’ait eu que des déplacements dentaires mineurs, la centrale supérieure gauche (flèche) est devenue (B) plus foncée et non vitale pendant le traitement d’orthodontie. (C) Ce garçon de 14 ans a vu sa latérale supérieure gauche (flèche) devenir plus sombre après la fin du traitement d’orthodontie (D).

Nécrose pulpaire suite au mouvement orthodontique

  • Le déplacement orthodontique d’une dent sollicite son environnement immédiat. Ceci inclus des changements vasculaires et le remodelage de l’os alvéolaire entourant la racine de la dent. Dans la plupart des cas, ceci se produit sans changement significatif pour les dents et le parodonte. Cependant, à de rares occasions, il peut se produire de la résorption radiculaire externe (rhizalyse tel que décrit précédemment), de la résorption interne des racines, une oblitération pulpaire causée par un dépôt de dentine secondaire ou une nécrose pulpaire (nécrose du contenu de la pulpe de la dent). La nécrose peut se manifester par un changement de couleur et une perte de sensibilité de cette dent.
  • Les études ont démontré que les risques de dommage à la pulpe dentaire sont minimes mais certaines conditions peuvent prédisposer à des dommages pulpaires;
    •  une étude comparant des canines incluses à des canines normales a démontré qu’une canine incluse aura 21% plus de chances d’être affectée par une oblitération pulpaire (visible sur radiographie) dont 25% ne répondront pas au test de vitalité (électrique) et 3% nécessiteront un traitement de canal.
    • des dents avec une perte osseuse importante (problèmes parodontaux) résistent moins aux forces qui lui sont appliquées et cela peut affecter l’ensemble neuro-vasculaire à l’apex de la racine.
  • La plupart des changements dans le flux sanguin pulpaire d’une dent pendant un traitement d’orthodontie sont temporaires et réversibles sauf si la pulpe a été affectée par la carie dentaire, des restaurations, ou un traumatisme (coup, blessure).
  • Les études suggèrent qu’une dent plus mature avec l’apex de la racine fermé (une dent en formation a l’ouverture de la racine ouverte) et ayant une histoire de traumatisme ou caries et qui sont assujetties à des forces orthodontiques fortes et de longue durée seront plus susceptibles d’avoir des changements pulpaires irréversibles ou une nécrose que des dents n’ayant pas ces caractéristiques.
  • Bien que la littérature rapporte que l’utilisation de forces physiologiques (normales) pour déplacer des dents saines ne causera pas de nécrose pulpaire ou de modifications pathologiques dans le flux sanguin, il arrive parfois que des changements se produisent sans qu’on puisse en identifier la cause.

Réf. : Pulpal Necrosis Secondary to Orthodontic Tooth Movement Vendittelli et Al. Orahl Health, 2013

Canines incluses palatines et dévitalisation, nécrose pulpaire

(A et D) Fille de 14 ans ayant 2 canines incluses palatines. Les canines temporaires (* bleu) sont encore en bouche. (B) Dès que les canines permanentes ont émergé pendant le traitement visant à les descendre en place dans l’arcade dentaire, elles manifestaient déjà une coloration légèrement plus foncée (* rouge). (C) À la fin du traitement, la canine de gauche est à peine plus foncée tandis que celle de droite semble normale. Cependant, aucune de ces canines ne répondait aux tests de vitalité et elles ont dû avoir un traitement de canal. (D) Radiographie avant le traitement montrant les canines sévèrement incluses. (E) Radiographie à la fin du traitement illustrant une bonne position des racines des dents. Les canines ne sont pas affectées par de la résorption interne ou externe malgré leur perte de vitalité.

 

Décoloration de dents qui deviennent plus sombres (grises) pendant un traitement d'orthodontie

Autres exemples de dents qui ont changé de couleur pendant un traitement d’orthodontie. (A) Cette prémolaire inférieure gauche est devenue plus sombre malgré le fait qu’elle s’est peu déplacée pendant le traitement. (B) Cette canine incluse (*) présente plus de risques dès le départ et en fin de traitement elle est plus foncée et nécessitera un traitement de canal.

 

Résorption dentaire (rhizalyse)

A l’occasion, les racines de certaines dents peuvent raccourcir durant le traitement. C’est ce que nous appelons de la résorption des racines , résorption radiculaire ou rhizalyse. Ce processus est normal en certaines occasion comme, par exemple, lorsque les racines des dents temporaires disparaissent progressivement   ou « s’usent »  pour faire place aux dents permanentes qui les remplaceront. Différents degrés de résorption peuvent aussi affecter les dents permanentes pendant un traitement d’orthodontie mais ce processus peut se produire aussi sans aucune correction orthodontique.

Résorption modérée ayant affecté une centrale dans un cas et plusieurs dents dans l'autre cas.

Résorption modérée ayant affecté une centrale dans un cas et plusieurs dents dans l’autre cas.

Résorption imortante d'une dent latérale causée par une canine incluse.

Importante résorption causée par une canine incluse.

  • Il est commun de voir de légères résorptions pendant un traitement mais cela n’est pas de nature à diminuer la qualité ou la durée de vie d’une dent.
  • Une résorption très importante peut, dans des cas extrêmes, causer la perte d’une dent.
  • Lorsqu’une telle résorption est décelée, l’orthodontiste peut devoir modifier le plan de traitement de façon à diminuer l’impact de la résorption tout en visant un résultat acceptable.
  • Il est à noter que l’orthodontie n’est pas la seule cause possible de ce problème. Blessures, coups, troubles hormonaux ou endocriniens, antécédents héréditaires et autres facteurs inconnus peuvent aussi causer cette condition avec ou sans traitement d’orthodontie.
  • Une cause fréquente de résorption est une dent incluse qui est en contact avec la racine d’une dent et qui la résorbe.
  • Nous vérifions la qualité et l’état des dents et leurs racines avant le traitement et régulièrement à l’aide de radiographies pendant le traitement. Si des problèmes significatifs sont décelés, nous vous le mentionnerons et vous expliquerons quelles sont les alternatives.
  • Une résorption radiculaire est irréversible; une racine plus courte ne « repoussera » pas.
  • Dans certains cas, la résorption radiculaire peut continuer à progresser, même si toute force  appliquée sur les dents est éliminée et le traitement d’orthodontie arrêté.

➡ Pour en savoir plus sur la résorption radiculaire ou rhizalyse.

La résorption de racines peut être présente avant même le début d'un traitement d'orthodontie comme le démontre cette radiographit d'une fille de 12 ans.

La résorption de racines peut être présente avant même le début d’un traitement d’orthodontie comme le démontre cette radiographie d’une fille de 12 ans.

Progression de la rhizalyse à long terme

Une fois les mouvement orthodontiques arrêtés, la rhizalyse cessera habituellement de progresser et les dents affectées peuvent demeurer fonctionnelles à très long terme. L’exemple suivant montre un cas de résorption radiculaire sévère qui est demeuré stable, 25 ans après la fin du traitement d’orthodontie. À noter que ce patient présentait des pointes de racines effilées ou pointues, ce qui représente un risque accru de résorption radiculaire pendant l’orthodontie.

Stabilité de la rhizalyse après 25 ans

(A) Radiographie montrant les racines des centrales supérieures intactes avant le traitement d’orthodontie. (B) 2 ans après le début du traitement, les racines présentent des signes de rhizalyse (résorption) minimes. (C) À la fin du traitement, la résorption a encore progressé. (D) 25 ans après la fin du traitement, la résorption est stable; il n’y a eu aucune perte additionnelle de la structure des racines et les dents demeurent solides et fonctionnelles. (Marques et al AJODO 2011;139:S166-9)

 

La résorption est-elle une contre-indication au traitement orthodontique?

  • La présence de résorption n’est pas nécessairement une contre-indication à l’orthodontie mais des précautions particulières doivent être prises pendant le traitement (utilisation de forces légères, suivi radiologique pour évaluer la progression potentielle de la résorption, etc.).
  • À titre d’exemple, le cas ci-dessous montre un jeune homme de 24 ans avec de la résorption radiculaire sévère et généralisée (affectant toutes les dents à différents degrés dont certaines de façon très sévère).
  • Il présente aussi une sévère malocclusion (béance antérieure, constriction maxillaire, chevauchement dentaire important, etc.) qui en soi constitue un défi orthodontique.
  • Il fut traité sans chirurgie orthognathique ou extractions et les racines sont demeurées relativement de la même longueur à la fin du traitement.

    Résorption radiculaire (rhisalyze) et béance antérieure sévère traitée en orthodontie

    (A) Avant le traitement. (B) À la fin du traitement. (C) Radiographie panoramique avant le traitement; les flèches indiquent quelques unes des dents les plus sévèrement affectées par la rhizalyse. (D) Radiographie panoramique à la fin du traitement. Cette radiographie numérique est de meilleure qualité car nous avons changé d’appareil radiologique pendant la durée du traitement. La radiographie initiale est sur film et moins précise et de moins bonne résolution. Le patient n’a perdu aucune de ses dent et elles sont aussi solides (ou peu solides!) qu’avant le traitement.

Troubles de l’articulation temporo-mandibulaire

Radiographie tomographique ATM tomographic radiograph © orthoLemay.com

Radiographies d’une articulation temporo-mandibulaire

  • Pour certaines personnes, les articulations des mâchoires sont très sensibles et peuvent parfois être affectées par de très légères irrégularités ou imperfections dans l’occlusion (façon dont les dents se touchent).
  • Ces patients peuvent souffrir d’une ouverture limitée de la mâchoire, de crépitement, craquements ou douleurs aux articulations temporo-mandibulaires.
  • Un ou plusieurs de ces symptômes peuvent exister et être apparents avant un traitement d’orthodontie, ou peuvent survenir durant ou après le traitement.
  • À noter que cette situation peut aussi se retrouver chez des personnes qui n’ont jamais été traitées en orthodontie.
  • Les corrections de malpositions dentaires en orthodontie peuvent souvent améliorer le fonctionnement des articulations sans toutefois garantir l’amélioration ou l’élimination des symptômes.
  • Pour diverses raisons, certains symptômes (ex. : craquements) peuvent persister ou même apparaître pendant un traitement et ce, sans que l’orthodontie en soit la cause.

➡ Pour en savoir plus sur les articulations temporo-mandibulaires.

Rétention et relapse

Les dents ne sont pas ancrées dans l’os comme dans du ciment. Elles font partie d’un appareil masticatoire complexe qui est dynamique et non statique. Les dents répondent constamment aux forces qui sont appliquées sur elles de sorte qu’il existe toujours une légère mobilité normale des dents. Avec ou sans orthodontie, la stabilité de la position des dents dépend beaucoup de l’influence de l’environnement musculaire qui les entoure (langue, lèvres, joues, muscles de mastication, etc.).

Afin d’assurer une stabilité optimale à la fin d’un traitement, nous utilisons des appareils de rétention qui, pour être efficaces, doivent être portés tel que prescrit. Même si la majorité des résultats seront habituellement stables, pour des raisons hors de notre contrôle ou du vôtre, il peut y avoir certains mouvements dans la position d’une ou plusieurs dents. Si un mouvement est important, ce qui est peu fréquent, il faudra réévaluer si des mesures additionnelles doivent être prises pour en freiner l’évolution ou si d’autres corrections sont indiquées.

  • Certaines malpositions des dents, surtout les plus sévères, peuvent avoir tendance à réapparaître légèrement.
  • Les rotations sévères et le chevauchement des dents inférieures antérieures sont les exemples les plus fréquents de cette situation.
  • La position des dents peut changer en tout temps au cours de la vie. C’est pourquoi la plupart des patients doivent porter un appareil de rétention pour une période d’un an ou plus après leur traitement afin d’aider à stabiliser la position des dents et retarder les changements naturels.
  • Nous tentons toujours de faire les corrections orthodontiques avec le plus grand soin et proposons de surveiller les résultats attentivement.
  • Quand la rétention est terminée, même après plusieurs années, il est toujours possible, voir même normal, d’observer un certain mouvement.
  • La coopération soutenue durant la période de rétention peut diminuer les risques de déplacement dentaire au minimum.
  • Si vous remarquez des changements importants dans la position de vos dents après le traitement, communiquez avec nous.

➡ Pour en savoir plus sur la rétention et les appareils de rétention.

Laisser un commentaire ou poser une question

Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.